Le cut-up de William Burroughs : la fin du chapitre ?

Samedi 11 février 2017 : Clémentine Hougue

Séance de séminaire à Censier en salle 410, de 10h30 à 12h30.

avt_william-s-burroughs_2386

 

 

Créé en 1959 par William Burroughs et Brion Gysin, le cut-up repose sur le découpage et le réagencement de fragments de textes issus de sources diverses et a notamment été utilisé par Burroughs pour écrire trois romans : The Soft Machine (1961), The Ticket That Exploded (1962) et Nova express (1964).

Véritable pulvérisation du texte, cette technique d’écriture repose sur un principe de prolifération, qui déborde sans cesse les habituelles balises romanesques : le retour de fragments identiques d’une section à l’autre, et même d’un roman à l’autre, semble à première vue rendre caduque la notion même de chapitre.

Pourtant, la composition globale du texte n’est pas aussi anarchique qu’on pourrait le penser : la combinaison de l’écriture en « routines » (de courts récits enchâssés dans le roman) et de la méthode du cut-up repense profondément le découpage romanesque. En court-circuitant la fonction de rupture du chapitre par sa propre logique rupturante, le cut-up invente paradoxalement une nouvelle mise en continuité des passages les uns avec les autres : cette communication non-linéaire des « chapitres » manifeste ainsi, au niveau de la matière-texte, les manipulations de la réalité qui se jouent dans l’intrigue science-fictionnelle de la Trilogie Nova.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *