« Pages à tourner, pages à regarder. Lisibilités et visibilités impropres du chapitre dans Cloud Atlas. »

Samedi 20 mai 2017 : Diane Leblond

Séance de séminaire à Censier en salle 410, de 10h30 à 12h30.

Cette présentation (littérature britannique contemporaine, Paris VII) explorera la façon dont le roman de David Mitchell, en bonne « métafiction historiographique » (L. Hutcheon), semble subvertir les codes de lisibilité traditionnellement associés au chapitre, en mettant en scène la logique générique, esthétique et typographique du récit. Loin d’entraver la réception, on montrera que ces effets de dioptre et de métalepse, en nous rappelant à la fonction liminale du chapitre, nous engagent à repenser l’opposition supposée d’un lisible « transparent » et d’un scriptible « opaque » (Barthes, Kermode), pour mieux appréhender la visibilité impure, instable, composite et ludique qui intervient dans la pragmatique de la lecture. L’étude du lien entre structure narrative et lisibilité du chapitre sera l’occasion d’un rapprochement entre le roman et son adaptation cinématographique, filmée par les sœurs Wachowski (2013). La comparaison entre acte de lecture et réception filmique permettra d’appréhender, entre autres, la question de l’immersion fictionnelle et sa compatibilité avec l’expérimentation formelle (Schaeffer).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *