Colloque Paris 2013

P1080442

Pratiques et poétiques du chapitre aux 19e et 20e siècle

 

Programme

Quelques photos du colloque

Appel à contribution :

Bien qu’il soit un aspect évident de notre pratique de lecture quotidienne, le chapitre est un élément de poétique négligé par la critique – à l’exception de la thèse récente d’Ugo Dionne, La Voie aux chapitres,  consacrée aux modes de structuration romanesque dans l’Ancien Régime. Dionne montre comment on aboutit à la généralisation du chapitrage au début du XIXe siècle. C’est alors que le chapitre se généralise, tout en perdant ses justifications narratives (roman par lettres, récits enchâssés, etc.) : paradoxalement, il devient à la fois systématique et moins visible. Apparemment, la division en chapitres n’a de fonction que locale ou contingente – simple trace, peut-être, de la parution en feuilleton. Une fois le livre rassemblé, l’unité chapitrale contribue certainement à orienter la lecture, mais elle ne retient pas pour autant l’attention, pas plus qu’elle ne s’imprime dans la mémoire.

Pourtant, le chapitre comme unité minimale du roman, comme scansion ou élément structurel, sert de fil d’Ariane à l’écriture comme à la lecture. On voudrait ainsi esquisser une poétique du chapitre, en tenant ensemble les deux questions de la fabrique du texte et de sa réception, du chapitre utilisé comme moyen de production du sens et comme outil de lecture : telle est l’ambition de ce colloque, et de l’ouvrage que nous souhaitons élaborer par la suite.

Nous proposons, de façon non exclusive, d’envisager les axes de réflexion suivants :

1) Chapitre et genèse

Du point de vue philologique, le chapitre s’avère un objet particulièrement mouvant, apparaissant et disparaissant au cours de l’écriture et au fil des éditions : d’où vient le découpage final du texte ? On se demandera dans quelle mesure les choix de division textuelle sont tributaires d’impératifs éditoriaux.

Du point de vue génétique, le chapitre occupe-t-il une place programmatique dès la conception du roman ? Structure-t-il les avant-textes ? Les chapitres sont-ils écrits en suivant un plan initial, ou le découpage en chapitres s’impose-t-il de manière rétrospective ? En somme, le chapitre joue-t-il le rôle d’une unité minimale dans la composition du roman ?

2) Unité du chapitre ?

Le chapitre est-il une unité narrative ? Faut-il le considérer comme une entité isolable ? Il faudrait dans ce cas poser la question de la structure interne des chapitres. Comment l’unité du chapitre fonctionnerait-elle ? Est-elle exhibée, ou au contraire contournée ? Doit-on envisager le « plein » du chapitre, ou est-il plus intéressant de le considérer comme une coupe, de s’attarder à l’étude des seuils ?

Le chapitre étant la structure la plus visible du roman, est-ce nécessairement la plus signifiante ? L’unité « chapitre » est-elle plus pertinente pour l’analyse que les autres unités potentielles du roman – qu’il s’agisse de structures formelles (scène, genre enchâssé, récit/discours, description/narration/dialogue, etc.), de distinctions fondées sur les différents régimes de paroles, les différentes tonalités, ou les choix génériques (insertion de lettres, de scènes, de journaux intimes, etc.) ?

Est-ce que les structures se superposent ou est-ce qu’elles entrent en conflit ? Michel Charles distingue, dans Introduction à l’étude des textes, entre « unités prédéterminées » (vers, strophe, scène, paragraphe, chapitre, partie) et unités à construire par l’analyse. Or la superposition n’est que partielle entre unités prédéterminées et unités d’analyse. Dans quelle mesure, donc, le chapitre s’avère-t-il une unité d’analyse pertinente ?

3) Chapitre et lisibilité

On voudrait interroger la fonction du chapitre dans la production du sens et sa réception – sans oublier de prendre en compte l’hypothèse d’un certain arbitraire du découpage en chapitres.

On étudiera tout d’abord le chapitre comme scansion discrète, à la fois visible matériellement, et généralement négligée pendant la lecture, en essayant d’évaluer ses effets de sens. C’est la relation entre chapitres et rythmes textuels qui est ici au cœur de l’interrogation : la fonction du chapitrage est-elle d’ordre esthétique, le placement des chapitres permettant d’établir un modèle architectural du texte ? Est-ce qu’il répond plutôt au souci stratégique d’entretenir la « tension narrative », pour reprendre le concept développé par Raphaël Baroni ? Le chapitre a-t-il plutôt une fonction tabulaire et architecturante, ou linéaire et respiratoire ? On peut également avancer l’hypothèse de la dimension didactique d’un chapitre destiné à améliorer la lisibilité[1]. Ainsi, au XIXe siècle, le chapitre peut contribuer à mettre en ordre le réel au bénéfice du lecteur. Les livres non chapitrés constitueraient à ce titre un point de comparaison fructueux.

Plus généralement, on voudrait poser la question de la signification de la scansion. Alors que le lecteur pourrait s’attendre à ce que le chapitre oriente la lecture, le chapitre peut ne fournir que des effets de sens diffus. Même quand le chapitrage ne programme pas d’interprétation précise de manière locale, même quand le sens se dérobe, peut-être que cet arbitraire apparent est en lui-même signifiant. Le découpage serait alors conçu comme un artifice mimétique. Ainsi, dans le cas de Microfictions de Régis Jauffret, la division par ordre alphabétique donne un ordre apparent, que la lecture intégrale du livre, qui favoriserait plutôt une vision kaléidoscopique, vient contredire.

4) Continuation du chapitre par d’autres moyens

Il importe enfin de saisir notre objet par ses marges, en élargissant la perspective dans deux directions, historique et artistique.

Dans une perspective historique, on souhaite ici étudier la place du chapitre parmi tous les types de division ou de ponctuation romanesque, pour élaborer une histoire des pratiques du chapitre. Apparemment, le chapitre s’impose au 19e siècle, pour reculer au 20e siècle devant des formes d’écriture plus linéaires, plus massives, ou à motif – mais l’hypothèse demande à être vérifiée.

Cette question se pose de façon plus pressante à l’heure du support numérique et de la diffusion de la lecture sur toutes sortes d’écran. Le chapitre, comme sur un DVD, devient outil de « navigation » dans un texte impossible à feuilleter. Les liseuses modifient-elles notre rapport au chapitre ? Le blog peut-il servir de paradigme à de nouveaux modèles de composition ? Ou encore l’e-mail, comme le revendique Anne-Marie Garat pour l’écriture de sa récente trilogie ?

Dans le prolongement de cette perspective historique, la question du chapitre invite enfin à des comparaisons entre supports artistiques. Il est tentant d’envisager le rapport de la « rhétorique du chapitre » qu’on aimerait élaborer avec les formes sérielles, qui peuvent faire intervenir d’autres médias, dans lesquels le fonctionnement du chapitre serait transposé. Dans la culture contemporaine, peut-être le point saillant de comparaison est-il le rapport avec la série télévisée. Mais la comparaison avec la série en bande dessinée, en science fiction ou l’album musical semble pouvoir apporter des éclairages particulièrement enrichissants.

 


[1] Voir J. Dürrenmatt, Bien coupé mal cousu, p. 97 : « Envisagés [les chapitres] dans une perspective pragmatique comme ce qu’un écrivain est capable d’écrire, un lecteur de lire, d’une traite – ce qui rejoint, au pied de la lettre, l’unité énonciative –, ils apparaissent comme les marques visibles et souvent honteuses de limitations ; promulgués garants de la “clarté”, ils figurent aussi comme les gardiens d’une légitimité que les lectures herméneutiques visent à ébranler, voire démolir, dans la mesure où ils semblent contraindre la circulation du sens en imposant un parcours, en rassemblant ou en isolant des éléments qu’il s’agira alors, le plus souvent contre leur gré, de redistribuer de manière classique. »