Journée d’études 2010

 

Le projet a donné lieu à une première journée d’études, consacrée aux « Pratiques du chapitres aux 19e et 20e siècle », en juin 2010.

Voici l’argumentaire de la journée.

Bien qu’il soit un aspect évident de notre pratique de lecture quotidienne, le chapitre est un élément de poétique négligé par la critique – à l’exception de la thèse récente d’Ugo Dionne, La Voie aux chapitres,  qui constitue une véritable somme sur les modes de structuration romanesque dans l’Ancien Régime : elle montre comment on aboutit à la généralisation du chapitrage au début du XIXe siècle. C’est alors que, paradoxalement, le chapitre se généralise tout en perdant ses justifications narratives (roman par lettres, récits enchâssés, etc.) : il devient à la fois systématique et moins visible. Apparemment, la division en chapitres n’a de fonction que locale ou contingente – simple trace, peut-être, de la parution en feuilleton. Une fois le livre rassemblé, l’unité chapitrale contribue certainement à orienter la lecture, mais elle ne retient pas pour autant l’attention, pas plus qu’elle ne s’imprime dans la mémoire. Pourtant, le chapitre comme unité minimale du roman, comme scansion ou élément structurel, sert malgré tout de fil d’Ariane à l’écriture comme à la lecture. On envisagera au cours de cette première journée le chapitre à la lumière de la lecture, puis comme élément de poétique.

On étudiera tout d’abord le chapitre comme scansion discrète, à la fois visible matériellement, et généralement négligée pendant la lecture, en essayant d’évaluer ses effets de sens. Ce sont donc les relations entre chapitres et rythmes textuels qui sont ici au cœur de l’interrogation : la fonction du chapitrage est-elle d’ordre esthétique, le placement des chapitres permettant d’établir un modèle architectural du texte ? Est-ce qu’il répond plutôt au souci stratégique d’entretenir la « tension narrative », pour reprendre le concept développé par Raphaël Baroni ? Le chapitre a-t-il plutôt une fonction tabulaire et architecturante ou linéaire et respiratoire ? Constitue-t-il une unité musicale ?

Le chapitre sera ensuite envisagé comme élément perturbateur dans l’identité générique du roman. L’unité chapitrale, en effet, délimite souvent des unités de coloration générique différentes ; c’est le lieu où se peut se manifester une hybridité. Indiquant souvent un changement dans la situation d’énonciation, le chapitre peut faire bouger les lignes entre les genres. Quelle influence peuvent avoir sur le chapitrage le mode théâtral ou les genres factuels ? À quel point le roman chapitré et le recueil de nouvelles peuvent-ils se rejoindre ? En somme, le chapitre pose inlassablement la question de l’unité du texte romanesque.