Présentation

Bien qu’il soit un aspect évident de notre pratique de lecture quotidienne, le chapitre ne retient pas l’attention, pas plus qu’il ne s’imprime dans la mémoire. Pourtant, comme unité minimale du roman, comme scansion ou élément structurel, il sert de fil d’Ariane à l’écriture comme à la lecture. Les objectifs du projet peuvent se répartir selon deux grandes orientations : interroger les fonctions du chapitre, tant du point de vue de la fabrique que du point de vue de la réception, et étudier l’histoire littéraire des chapitres du 19e siècle à nos jours, y compris dans le passage à d’autres media.

Les chapitres ont-ils un sens ?

Dans son premier volet, le projet entend s’interroger sur les effets de sens produits par la scansion du texte en chapitres. La relation entre chapitres et rythme narratif est au cœur de notre questionnement. La fonction du chapitrage est-elle d’ordre esthétique, le placement des chapitres permettant d’établir un modèle architectural du texte ? Est-ce qu’il répond plutôt au souci stratégique d’entretenir la « tension narrative » ? Plus généralement, on voudrait poser la question de la signification de la scansion. Pour le lecteur, le blanc interchapitral est en effet le lieu d’une pause, le moment où l’on choisit de refermer ou non le livre : ces interruptions contribuent à découper un parcours au sein du texte. C’est là que le geste du lecteur s’ajoute à l’architecture initiale, et vient reconfigurer le récit en lui imposant un rythme extérieur.

Vers un formalisme quantitatif

Le projet a aussi l’ambition de retracer une histoire des chapitres. Dionne formule l’hypothèse générale d’un « compactage » progressif du texte romanesque à partir de la fin du 19e siècle, qui aboutirait au discours ininterrompu dans le Nouveau roman ; mais les contre-exemples sont multiples. Dans quelle mesure le chapitrage entre-t-il en résonance avec l’évolution des imaginaires culturels, qu’on devine plus marqués par l’architecture au 19e siècle, et par la fragmentation au cours du 20e ? L’enjeu serait de proposer une nouvelle périodisation : en fonction du temps, de l’appartenance à tel ou tel mouvement littéraire, en fonction du genre, comment évolue le rapport entre le tout et les parties des œuvres ? Peut-on définir, en fonction des périodes, des normes – ou du moins des tendances majoritaires – dans l’utilisation des chapitres et des écarts par rapport à ces pratiques ? Au 19e, la question se pose de manière d’autant plus complexe qu’elle croise celle du mode de publication et du feuilleton – et au début du 20e siècle, le procédé de la pré-publication dans les revues.

Automatisation de l’enquête quantitative

Cette réflexion sur les évolutions du chapitre entend s’appuyer dans un premier temps sur la constitution d’un corpus numérique romanesque couvrant la période 1789-1939 et comportant à la fois des textes canoniques et non canoniques. L’exploration de la notion de chapitre implique en effet le recours à un corpus massif et à des méthodes quantitatives, permettant de dégager un premier ensemble d’informations (comparaison de la longueur des chapitres, évolution de cette longueur et des ratios par rapport au texte entier, évolution des pratiques d’intitulation, études lexicales sur le vocabulaire des chapitres pour déceler des effets de rupture). Mais le projet entend aussi intégrer des données qualitatives, afin de proposer des modes de lecture à mi-distance sur des cas plus précis. La méthode de travail repose sur l’exploitation de formulaires renseignés par des chercheurs, afin de recueillir des informations que l’extraction automatique ne permet pas d’obtenir (présence ou non d’un plan d’ensemble, d’un commentaire métatextuel sur la structure, marquage ou atténuation des seuils de chapitre, etc.).