Où sont les chapitres?

Dans la version électronique d’un livre, les balises du langage XML-TEI, qui permettent d’inclure des informations sur les textes, nous permettent de distinguer entre <book>, <part>, <chapter>, <nouvelle> et <section>. Souvent, l’argument de la déclaration d’auteur est invoqué pour étiqueter, mais il peut ne pas suffire. 

Nous avions identifié un certain nombre de marqueurs potentiels, qui pouvaient bien sûr être co-présents: numérotation, titre (incluant éventuellement le mot “Chapitre” et son ordinal ou son cardinal), emploi d’une épigraphe, retour en belle page, et saut de page.
Pour finir, c’est ce saut de page minimal qui nous a semblé le critère suffisant de la détermination du chapitre: dans un texte aussi massif que Mort à crédit, par exemple, seuls ces sauts de page attestent de la respiration du texte.

Ce qui donne cette définition du chapitre: il correspond à une unité intermédiaire de récit, qui impose au lecteur une coupure marquée par la typographie.

Précisons également que les chapitres peuvent ne pas être homogènes au sein du même roman, certains étant numérotés et/ou intitulés, d’autres non. Les prologues et épilogues par exemple sont souvent des chapitres atypiques. Ils reçoivent une balise <chapter>, pcq on considère, à la différences des préfaces (<preface>) qu’ils font partie de la diégèse.

La variation peut également être importante d’une édition à l’autre: c’est le cas pour les Mémoires d’Outre-Tombe dont les chapitres initiaux, courts et multiples, ont  été effacés en 1860 pour privilégier la division en “livres”, puis rétablis au 20e siècle pour éviter une densité excessive.
La tendance globale est au compactage progressif des éditions. De manière générale, plus une édition est compacte, moins elle coûte cher. Mais l’éditeur peut aussi vouloir supprimer des blancs pour faire plus de place pour un apparat critique, par exemple: c’est souvent le cas dans les rééditions en Pléiade.

 

Certaines ambiguïtés peuvent subsister, obligeant l’interprète à trancher.

a) Comment distinguer entre chapitre et partie?
Pour déterminer par exemple si on a affaire plutôt à une courte partie ou à un long chapitre, quels critères retenir? On peut conserver le mot employé par l’auteur, mais les dénominations sont parfois trompeuses: ainsi, Malraux sépare La Condition humaine en sept parties courtes qu’on aurait plutôt tendance à lire comme de longs chapitres.
Parfois, des chapitres très longs (apparaissant dans la table des matières) sont subdivisés en sections marquées par un saut de page ou une numérotation. Dans ce cas, à l’interprète de trancher pour voir à quel niveau il met la division “chapter”.

On a adopté le critère suivant: en l’absence de mot choisi par l’auteur, on met une étiquette “partie” s’il y a 4 subdivisions ou moins


b) Comment distinguer entre chapitre et nouvelle?
Une chose est sûre, et ceci nous fournit sans doute un commentaire sur le paysage de l’édition numérique: les éditeurs qui fabriquent les epubs sont friands de chapitres et n’hésitent pas à ajouter le mot, quitte à appeler “Chapitre 1, 2, 3” et ainsi de suite les nouvelles d’un recueil comme les Lettres de mon moulin, par exemple. On s’est appuyé sur une définition simpliste de la nouvelle par opposition au chapitre : est-ce que la subdivision parle du même univers et des mêmes personnages qu’avant ou pas? 

Mais ce critère induit forcément des cas limites, car évoquer les mêmes personnages n’implique pas toujours de continuité narrative. C’est le cas pour L’Agence Barnett et Cie de Maurice Leblanc: c’est un recueil de nouvelles, qui évoquent les mêmes personnages (en l’occurrence Arsène Lupin sous l’identité de Jim Barnett, qui joue les détectives), tout en narrant des histoires disjointes. L’éditeur numérique a mis des chapitres, on a rétabli les nouvelles. Bien qu’appartenant à la même série, ces nouvelles sont parues séparément, en revue. On retrouve la même configuration pour Les huit coups de l’horloge, autre volume des aventures d’Arsène Lupin.

Dans La Douleur de Duras, on peut diviser soit en parties, soit en nouvelles dont “La Douleur” est la première et la plus longue (mais c’est aussi un journal intime). Les autres parties (ou nouvelles) évoquent la même époque et le même thème, mais certaines sont fictives et revendiquées comme telles, certaines autobiographiques.

Pour étiqueter, il faut trancher: cela peut amener à prendre des décisions qui prennent le risque de simplifier excessivement les concepts.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Aude Leblond (14 décembre 2022). Où sont les chapitres? Chapitres. Consulté le 24 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/mn9r


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search