Le tout et les parties : le chapitre comme unité intermédiaire

Le chapitre constitue une unité intermédiaire entre les deux niveaux que l’on privilégie habituellement : d’un côté (“en haut”), l’unité globale et surplombante du livre ; de l’autre (“en bas”), le fourmillement mouvant des phrases successives du texte.

Ces deux niveaux sont des niveaux de perception du texte, de conscience de la lecture, et de mémoire du texte : une perception globale, résomptive (on lit un livre, un roman, une œuvre, identifié par son titre et résumé dans un souvenir global – d’ailleurs partiel et fragmenté en quelques “instantanés”, ce qui nous ramènera à la question du chapitre) ; une perception fine du « grain » du texte (on apprécie un style, on mémorise quelques phrases-clés).

Ils sont aussi au fondement de pratiques critiques distinctes : « macro-lectures » traitant un livre comme une unité sémantique ou une architecture ; « micro-lectures » analysant  minutieusement des détails. On pourrait tenter de regrouper les différentes méthodes et approches dans ces deux rubriques (histoire littéraire vs. stylistique), mais le résultat serait sans doute assez artificiel. Quoique… Ces deux pôles macro et micro correspondent peu ou prou aux deux exercices académiques principaux des études littéraires en France (et donc de la formation des chercheurs) : la dissertation et le commentaire composé. Mais ne donnons pas à ces deux pôles trop de rigidité, et contentons-nous de leur valeur de repérage : ils permettent de mieux percevoir le statut intermédiaire du chapitre.

De même que la lecture, la mémorisation, et le jugement de goût, s’exercent aux niveaux micro et macro, ils s’exercent au niveau « méso » du chapitre : celui-ci apparaît comme un « mésotexte » qui devrait faire  l’objet de « mésolectures ». (Qu’on se rassure, ces deux termes ne sont pas destinés à durer, mais seulement à signaler la consistance propre de l’objet…). Or les critiques ont tendance à négliger ce niveau d’analyse, alors même qu’il leur est littéralement présenté par les textes. J. Dürrenmatt peut ainsi constater que les chapitres sont en quelque sorte niés par l’activité critique :

« Envisagés dans une perspective pragmatique comme ce qu’un écrivain est capable d’écrire, un lecteur de lire, d’une traite – ce qui rejoint, au pied de la lettre, l’unité énonciative –, ils apparaissent comme les marques visibles et souvent honteuses de limitations ; promulgués garants de la « clarté », ils figurent aussi comme les gardiens d’une légitimité que les lectures herméneutiques visent à ébranler, voire démolir, dans la mesure où ils semblent contraindre la circulation du sens en imposant un parcours, en rassemblant ou en isolant des éléments qu’il s’agira alors, le plus souvent contre leur gré, de redistribuer de manière classique1. »

Le critique préférera dessiner une cohérence plus nette, construire ses propres unités d’analyse, tracer lui-même son parcours, méfiant envers une division qui semble contingente. Refus du chapitre, donc. Mais on peut encore ajouter ceci : puisque le chapitre est l’unité de base de la lecture, puisqu’il est aussi une unité prédéterminée du texte2, il guide bien souvent les premières opérations du critique. Le refus du chapitre est donc, bien souvent, un geste de dénégation.

Au niveau intermédiaire du chapitre, se jouent pourtant plusieurs aspects de la question des rapports entre le tout et les parties, le chapitre fonctionnant comme une synthèse d’éléments « micro » préalable à leur intégration au niveau « macro ». Le chapitre est une petite totalité incomplète, qui inclut plusieurs éléments en modifiant leur sens, mais qui est lui-même inclus dans une totalité qui le modifie.

Il est probable qu’en confrontant un nombre critique d’exemples, on soit amené à établir un continuum où pourraient se ranger les chapitres en fonction de leur degré d’intégration à l’ensemble, en fonction de leur place sur une échelle allant du micro au macro, du “bas” vers le “haut” : les chapitres peuvent tendre vers le paragraphe en “descendant” vers la ponctuation ; ou, en “montant” vers une autonomie maximale, vers le fragment, le poème ou la nouvelle. Evidemment, la question des limites se pose, des deux côtés :

– du côté de la ponctuation, comptera-t-on comme chapitres des blocs de texte séparés par des astérisques, voire par de simples lignes sautées ? La limite entre ponctuation et chapitre n’est pas très nette. Il n’est pas forcément de très bonne méthode de tout ranger dans le même sac ; mais on pourrait s’intéresser à la manière dont le chapitre émerge de (ou se résorbe dans) ces formes « supérieures » de ponctuation, par exemple à certaines périodes historiques.

– de l’autre côté, il est clair qu’on doit s’intéresser aux sections de grande dimension, souvent intitulées « livres » ou « parties », auxquelles sont souvent dévolues un rôle important de dispositio. S’agit-il du même genre d’unité que le chapitre “simple” ? La division d’un livre en deux ou trois “parties” n’est pas du même genre qu’une division en une vingtaine de “chapitres”.

Un exemple de ce genre de bizarreries : dans La Salle de bain, de J.-P. Toussaint, il y a trois sections ; en-dessous de ce niveau, tous les paragraphes sont numérotés. Doit-on parler de chapitres ? Et surtout, doit-on considérer ces différentes formes comme semblables ?

 

  1. J. Dürrenmatt, Bien coupé mal cousu, p. 97. []
  2. Au sens que Michel Charles donne à ce terme dans Introduction à l’étude des textes, où il distingue les « unités prédéterminées » (vers, strophe, scène, paragraphe, chapitre, partie) des unités qui sont à construire par l’analyse. Les unités prédéterminées sont un « prédécoupage » du texte, qui correspond à sa « première appréhension » (Introduction à l’étude des textes, p. 51-52). []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.