Le chapitre invisible?

La disposition romanesque semble trop lâche, trop floue ou trop différente d’un roman à l’autre pour être perçue comme un élément véritablement signifiant. Les chapitres sont souvent trop nombreux pour former une « structure » satisfaisante. Si bien qu’analyser les chapitres revient à les regrouper en parties plus massives et plus maniables : il paraît impossible de formuler la loi du chapitrage des Trois Mousquetaires, qui ne présente ni symétrie ni schéma d’ensemble.

Apparemment, la division capitulaire n’a de fonction que locale, contingente ou provisoire. Comme si, une fois le livre refermé, le chapitre en tant qu’unité textuelle se dissolvait. L’analyse du chapitre coïncide peut-être avec celle d’une lecture immédiate – celle que ne se donne jamais la peine de faire le regard rétrospectif et englobant du critique. L’unité chapitrale contribue certainement à orienter la lecture, mais elle ne retient pas pour autant l’attention. C’est là le point de départ de la réflexion d’Ugo Dionne :

« Il y a un paradoxe de la disposition romanesque. Tout en apparences, tout en ostentation, elle n’est pas pour cela moins discrète ou moins pudique. C’est en s’offrant tout entière au regard, en affichant sans réserve l’appareil qui la signale et la désigne, qu’elle passe le plus sûrement inaperçue. L’œil du lecteur, rompu à la discipline typographique du roman moderne, appréhende passivement les informations que lui fournit le dispositif. La segmentation chapitrale mise d’ailleurs sur cette réception insensible – parce que déjà réduite à la sensation ; elle table sur cette adhésion pour effectuer son travail de construction du sens[1]. »

Il faudrait en réalité pouvoir situer chaque roman sur un continuum qui irait de l’invisibilité à la discrétion, à l’ostentation du chapitre.

Première définition

Le chapitre est situé à peu près au milieu d’une ligne qui va de la ponctuation jusqu’au rassemblement de textes complets : le recueil ou le cycle romanesque. Somme toute, il existe une échelle négligée de la poétique romanesque, située entre le dessin d’ensemble et la microlecture qui descend directement à l’échelle des phrases ou de la page : c’est cette échelle qu’on voudrait envisager.

En étudiant à la fois les modes de fabrication et les effets de réception induits par le chapitre, on cherche à s’attacher à une unité intermédiaire entre dessin d’ensemble et microlecture, de dimensions comparables à celles qu’adopte Michel Charles dans Introduction à l’étude des textes littéraires (le point commun de toutes les séquences qu’il commente étant d’être trop importantes pour une explication de texte conventionnelle)[2]. Cette échelle intermédiaire permettrait d’adopter vis-à-vis du texte romanesque une nouvelle position, à mi-distance. Dionne revendiquait quant à lui l’ambition de faire une « critique superficielle », c’est-à-dire une critique des surfaces, contre deux types de profondeur : profondeur du sens, caché dans les replis infimes du détail ; profondeur des structures, dont le texte réel serait le déploiement.

Si le chapitre semble étrangement absent des préoccupations de la critique universitaire, c’est peut-être parce que celle-ci préfère considérer le texte comme un tout – loin des pratiques de lecture, qui fragmentent inévitablement les romans. On peut également supposer que la critique se refuse à admettre le phénomène de la lecture rapide et cursive, voire sélective, dynamisée par ce que Raphaël Baroni appelle la « tension narrative »[3] – et dont on peut penser que le chapitre, qui promet régulièrement un dénouement, mais ne fait à chaque fois que nous renvoyer au chapitre suivant, est un élément clef. Peut-être la division romanesque a-t-elle tout simplement mauvaise presse, dans la mesure où on peut la rapprocher du feuilleton. Le chapitre serait ainsi l’apanage d’une littérature populaire, lancée comme Les Mystères de Paris dans une expansion quasi indéfinie, dans la mesure où chaque chapitre apporte son lot de personnages supplémentaires, et que l’avènement d’un dénouement est soumis à des aléas commerciaux.

On voudrait ainsi esquisser une poétique du chapitre, en tenant ensemble les deux questions de la fabrique du texte et de sa réception, du chapitre utilisé comme moyen de production du sens et comme outil de lecture : telle est l’ambition de ce projet collectif.


[1] Ugo Dionne, La voie aux chapitres, Paris, Seuil coll. « Poétique », 2008, p. 9.

[2] Voir Michel Charles, Introduction à l’étude des textes littéraires, Paris, Seuil, coll. « Poétique », 1995.

[3] Voir Raphaël Baroni, La tension narrative : suspense, curiosité et surprise, Paris, Seuil coll. « Poétique », 2007.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Claire Placial dit :

    Tiens, en faisant un tour sur Hypothèses, que vois-je? Des billets sur le chapitre. Aussitôt me dis-je « il faut que je signale ça à Aude ». Et que vois-je? C’est elle-même qui écrit, bien sûr! Continue ton carnet, il va être bien!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.