Les vides et les pleins : le chapitre comme unité

Alors que la question des clôtures intermédiaires, et plus généralement des seuils du texte, a déjà été bien explorée, on voudrait ici envisager le « plein » du chapitre et non plus les « vides » qui les séparent.

À la question du degré de clôture du chapitre, il faut encore ajouter celle de l’unité, qui implique d’étudier le chapitre comme un objet complet. Cette unité est-elle systématique, est-elle d’ordre spatial, temporel, narratif, thématique, générique, stylistique ?

il faut aussi envisager le chapitre comme un contenu : est-ce un récit bref ? est-il défini par une unité spatio-temporelle ? une unité d’action ? faut-il le penser en termes dramatiques (en termes de scène) ?

Si on prend le chapitre comme un tout, il est intéressant de constater que l’apport d’un titre peut lui donner l’aspect d’un texte enchâssé. Là encore, l’exemple de Hugo, mêlant citations vraies et fausses, proverbes latins de son cru et jeux de mots (« Nix et nox », dans L’Homme qui rit) est le premier qui vient à l’esprit.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.