Chapitre et variations

Comme il est une reprise de la parole, un recommencement, le chapitre installe un nouveau discours, et à ce titre peut jouer comme un principe de variation, favorisant l’alternance entre chapitres descriptifs, digressions, narration, dialogue, etc. Les chapitres ne sauraient être un simple « découpage » de l’intrigue linéaire en segments. On peut avoir une alternance entre fils narratifs, associés chacun à un personnage ; entre récit et digressions ou descriptions ; ou simplement des chapitres qui brisent la continuité de l’intrigue.

Aussi Georges Mathieu suggère-t-il de comparer le chapitre à un syntagme : « la rupture introduite dans un ensemble dont l’unité suppose une continuité, une construction de type syntagmatique qui ne se réduit pas à la simple juxtaposition d’éléments semblables et indépendants[1] ».

Ce qui explique que le chapitre serve aussi à sauter des pages ! En fonction de son degré d’autonomie, le chapitre pourrait être étudié comme un focalisateur de la non-lecture (j’entends par là, comme le suggère Pierre Bayard[2], une manière de hiérarchiser et de reconfigurer un texte, et non une manière de ne pas lire du tout). Il en est ainsi de chapitres comme « Ceci tuera cela »[3], ou encore des chapitres sur Waterloo, Cambronne ou les égouts de Paris dans Les Misérables.

Le chapitre sera donc aussi envisagé comme élément perturbateur dans l’identité générique du roman. L’unité chapitrale, en effet, délimite souvent des unités de coloration générique différentes ; c’est le lieu où se peut se manifester une hybridité. Indiquant souvent un changement dans la situation d’énonciation, le chapitre peut faire bouger les lignes entre les genres. Quelle influence peuvent avoir sur le chapitrage le mode théâtral ou les genres factuels ? À quel point le roman chapitré et le recueil de nouvelles peuvent-ils se rejoindre ?

[1] G. Mathieu, Changer de chapitre dans Les Misérables, p. 37.

[2] Voir Pierre Bayard, Comment parler des livres qu’on n’a pas lus, Paris, Minuit, coll. « Paradoxe », 2007.

[3] Notre-Dame de Paris, V, 2.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.