La respiration du chapitre

Avant de fermer le livre, on finit son chapitre. La tabulation chapitrale fournirait dès lors un balisage, un rythme à l’activité de lecture : il faudrait explorer ses fonctions, par exemple en partant de la façon dont les chapitres relaient la tension narrative, par le biais des micro-dénouements qu’ils fournissent à intervalles réguliers.

La coupure chapitrale relève à la fois de la rupture et de la prise d’élan. Du point de vue de l’auteur, le chapitre est une unité de production, permettant de baliser l’effort, ou alors c’est au contraire un agent multiplicateur, le « moteur de l’élan narratif »[1]. Du point de vue du lecteur, le chapitre n’est pas tant une scansion qu’une invitation à la relance.

C’est ce que note Ugo Dionne : « Il faut à la fois clore (l’unité) sans conclure (l’œuvre entière) ; il faut couper sans rompre, délasser le lecteur sans l’aliéner ou le lasser ; il faut saturer le chapitre en préservant sa faculté de rebondir et de se prolonger. On doit donc trouver un dosage entre ouverture et fermeture, enchaînement et suspension ; tâche complexe et périlleuse, qui frôle le paradoxe[2] ».

Il accorde également, de façon très intéressante, une valeur corporelle à la division chapitrale : « Il y a donc une parenté spontanée entre l’espace interchapitral – la pause narrative, où le récit sombre dans une léthargie momentanée – et la suspension de conscience, l’ensemble des états dans lesquels l’esprit se ressource et s’égare. De même, il y a une forte coïncidence symbolique entre le système dispositif et le rythme le plus naturel de la vie humaine, celui du jour et de la nuit, de la veille et du repos[3]. »

Le chapitre correspond ainsi à une unité possible, le plus grand nombre de pages qu’on peut lire ou qu’on peut écrire. Il correspondrait plutôt au souci stratégique d’entretenir la « tension narrative », pour reprendre le concept développé par Raphaël Baroni: il aurait une fonction linéaire et respiratoire.

[1] G. Mathieu, Changer de chapitre dans Les Misérables, p. 18.

[2] U. Dionne, La voie aux chapitres, p. 445.

[3] U. Dionne, La voie aux chapitres, p. 504.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *