Quelques cas de chapitrage hétérodoxe dans le récit romantique européen: anti-roman ou proto-roman ?

Samedi 23 novembre 2017 : Victoire Feuillebois

Séance de séminaire à Censier en salle 430, de 17h à 19h

Dans le récit européen du début du XIXe siècle, le chapitrage apparaît comme une véritable zone de turbulences : en particulier dans le type de prose appartenant au sous-genre frénétique  ou excentrique, on observe une multiplication des expérimentations formelles qui consistent à perturber l’ordre linéaire ordinairement attendu dans le déroulement des chapitres au profit d’une logique de l’interruption, du désordre, de l’inversion. À défaut de proposer une étude quantitative de ces perturbations, on peut en esquisser à travers quelques exemples une brève typologie, ordonnée selon les zones du texte où ces irrégularités apparaissent, et de tenter de les interpréter, non pas comme le signe d’une tension centrifuge qui fait éclater la linéarité de l’intrigue, mais comme la volonté de travailler le chapitre comme une unité qui participe de la dynamique de projection de la lecture.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.